Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - James Ensor, 1908.djvu/20

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à la force, dans la plaisanterie unie à la brutalité. Dès que cette dernière caractéristique est atteinte, James Ensor rejoint non plus Constable ni Turner, mais Grilray et Rowlanson plus encore que Jérôme Bosch ou Pierre Breughel.

Encore que l’influence anglaise agisse avant toute autre sur elle, c’est toute l’Europe et l’Amérique qui transforment pendant l’été, quand la saison balnéaire s’inaugure, Ostende. Les jeux et les fêtes l’exaltent tout à coup. Les femmes du quartier Marbeuf envahissent sa digue. Le monde qui l’hiver se groupe à Monte-Carle, à Menton, à Biarritz s’y concentre. Des nuits de lourde et chaude volupté s’y passent à la lueur de flambeaux. La chair s’y mire et s’y pavane aux miroirs de cabarets fastueux. Et la folie des villes frémissantes et trépidantes brûle soudain ce coin de Flandre calme et foncièrement sain et propage sa fièvre nocturne et flamboyante tout au long de la mer.

Magasins de Paris, boutiques de Vienne, comptoirs chargés de coraux de Naples et de Sicile, brasseries de Dortmund et de Munich, caves remplies de vins de Portugal et d’Espagne vous installez votre barriolage de goûts et de couleurs devant les mille désirs populaires ou mondains, devant les appétits vulgaires ou rares, devant les convoitises baroques ou distinguées. La flânerie des promeneurs s’en va, à droite, vers le port, à gauche, vers le champ de courses, en partant de la rampe de Flandre où James Ensor habite. À cette large voie se relie en outre toute la ville basse avec ses rues étroites, les unes venant de la grand’place, les autres du théâtre, celle-ci de la gare et celle-là du