Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - James Ensor, 1908.djvu/172

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


œuvres excellentes. Au cours de cette étude je n’ai insisté que sur ces dernières : elles seules comptent dans la vie d’un maître.

Son caractère explique encore son amour immodéré pour le masque, la défroque, la mort, la laideur. Pendant les dures, moroses et adverses années de sa vie, quand il se croit abandonné de tous, quand des idées de persécution hantent sa tête, il met comme une ardeur noire à dénaturer, à déformer, à calomnier la vie. Quelques-unes de ses toiles sont féroces. Les deux squelettes se disputant un hareng-saur mettent une âpreté telle dans leur lutte à mâchoires voraces et terribles qu’on songe vaguement à deux cruels ennemis du peintre s’acharnant sur lui. Le jour qu’il campa devant son poêle de fonte le gras et narquois pouilleux et que les premiers masques vinrent surprendre et attirer son attention, ce fut le pittoresque et la saveur des guenilles et des oripeaux qui certes le sollicitèrent. Il découvrit en eux l’ironie et la farce quasi joviales ; mais plus tard l’ironie et la farce firent place au sarcasme, à la détresse et à la violence. Et le rire devint ricanement. Bien plus. Peut être s’est-il fait que le découragement a remplacé, à point nommé, la colère et que certaines années mauvaises et mornes, les années vides d'enthousiasme, ne sont imputables qu’à un fléchissement de volonté. Car — et je ne veux point éluder ce problème moral — il est vraiment incompréhensible qu’aux heures pleines de l’adolescence et de la maturité commençante Ensor se soit comme retiré de la lutte, alors qu’une abondance de gestes et d’œuvres