Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - James Ensor, 1908.djvu/117

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’un artiste, la beauté des choses les plus quelconques. À côté de ces dessins très écrits, James Ensor en a réussi d’autres entièrement baignés d’atmosphère. Un modelé frêle les distingue. Ils participent plus que les autres à la vie universelle, aux variations de l’heure. Pour les réussir il faut un tact spécial. Ils sont d’un grain menu et d’une fragilité choisie. Certains apparaissent comme faits avec de la poussière rassemblée dans les ombres et dispersée dans les clairs. Des gris tendres savamment distribués en constituent la beauté précieuse. Voici le Portrait de Madame Rousseau. Elle est assise à l’avant-plan, parmi des meubles familiers, non loin d’un bas-relief. Le jour est tamisé ; tout est en infimes nuances et en atténuation. Il en résulte une impression de douceur et de calme si grande qu’une mouche survenant la troublerait, malencontreusement, du simple bruit de ses ailes.

Mon père mort est conçu dans le même esprit. La page est solennelle, sobre, émue. On aperçoit seulement la tête posée parmi les draps que légèrement quelques tons blancs rehaussent. À traits fins, la barbe et les cheveux sont rendus. Le crayon Conté et le crayon gras ont introduit le jeu de leurs différentes accentuations dans les parties sombres. L’ombre s’anime, mais uniquement afin d’éviter qu’elle ne soit opaque : il faut que la seule sérénité règne dans l’étude entière. Le dessin est du reste irréprochable. Le nez, les yeux et le front sont nets sans dureté, les chairs sont admirablement apalies quoique consistantes encore.

Cette même manière de nuancer un dessin sans l’affadir ni le banaliser se retrouve dans le Portrait de