Page:Verhaeren - Almanach, 1895.djvu/50

Cette page a été validée par deux contributeurs.



DÉCEMBRE

LES HÔTES




Ouvrez les gens, ouvrez la porte,
je frappe au seuil et à l’auvent,
ouvrez les gens, je suis le vent
qui s’habille de feuilles mortes.

— Entrez monsieur, entrez le vent,
voici pour vous loger la cheminée
et sa niche badigeonnée ;
entrez chez nous, monsieur le vent.