Page:Verhaeren - Almanach, 1895.djvu/47

Cette page a été validée par deux contributeurs.




Les plus hyperboliques
portent un sceptre écussonné ;
ils dominent, aux basiliques,
leur reliquaire illuminé ;
mais ceux dont plus personne
n’ose porter le nom transi
ont leur fête qu’on sonne
dans leur chapelle aussi.

Dreling, dreling,
c’est la fête de tous les Saints.

J’en sais de très pauvres, mais très honnêtes,
là-bas, au fond d’un bourg flamand,
Bernard, Corneille, Amand,
qui font le bien aux bêtes,
et quelques-uns laissés pour compte
aux gens pieux qui vous le content,
en Campine, dans le pays amer,
par des hommes qu’hallucinait la mer.