Page:Verhaeren - Almanach, 1895.djvu/45

Cette page a été validée par deux contributeurs.




Et c’est ainsi sur terre et fleuve
toute la haine qui s’abreuve
de la madone en or d’automne
et c’est ainsi sur terre et mer
l’automne au loin qui, le soir, sonne
à clairons noirs le pâle hiver.