Page:Verhaeren - Almanach, 1895.djvu/35

Cette page a été validée par deux contributeurs.



AOÛT

LE SOLEIL




Dans le matin qui s’ouvre et s’ébroue,
c’est le soleil qui fait la roue
comme un grand paon d’or et d’argent.

Son luxe inouï de lumières,
ardentes fleurs, clartés trémières,
d’après un rythme foudroyant
descend.