Page:Variétés Tome VI.djvu/307

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Arrest notable donné au profit des Femmes contre l’impuissance des Maris, avec le plaidoyé et conclusions de Messieurs les gens du Roy.
M. DC. XXVI1. In-8.

Catherine Moreau, âgée de trente et quarante ans ou environ, espouze en seconde nopce François Picot, aussi âgé de trente huit ans, avec lequel l’inthimée est mariée y a deux ans huict mois ou environ, pendant lequel temps ladicte Moreau n’a eu aucune lignée du deffendeur, de telle sorte que, se voyant du tout frustrée et hors d’esperance d’avoir aucun enfant provenant du mariage passé entre les parties, et aussi que, cela advenant, qu’elle pourroit avoir de grandes contestations et desbats avec les parens de son mary (en cas que Dieu voulût disposer de son dit


1. Cette cause est du genre de celle que perdit si piteusement le marquis de Langey en 1659. Il ne manque, pour qu’elle soit de tout point semblable, que l’épreuve du congrès. Picot n’alla pas jusque là, mais le marquis la subit, sans toutefois parvenir à s’exécuter un peu virilement. Le scandale qui en résulta fut cause « qu’on abolit pour jamais l’épreuve du congrès, comme chose odieuse et incertaine ». (Faits des causes célèbres, 1769, in-12, p. 43.)