Page:Variétés Tome III.djvu/141

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Lettres nouvelles contenantes le privilège et l’auctorité d’avoir deux femmes, concedé et octroyé jusques à cent et ung an à tous ceulx qui desirent estre mariez deux fois, datées du penultième jour d’avril mil cinq cens trente six.

Nos très chiers et amys roys très chretiens,

Salut et benediction authentique donnée par nous et nostre puissance, et par le conseil de nos amez et feaulx les gens de nostre sang, et gens de nostre grand conseil.

Vous, messeigneurs1 les cardinaux du Pontalectz2,


1. Les personnages dont les noms suivent figurent, pour la plupart, dans la farce de Gringore, le Jeu du prince des Sots. V. l’analyse que le P. Menestrier a faite de cette pièce, dans son traité des Représentations en musique, p. 56, etc.

2. Maistre Jean du Pontalais, « dont il y a bien peu de gens qui n’aient ouï parler », comme dit Bonaventure Des Periers (Nouvelles XXII). Il étoit, selon Du Verdier (voy. sa Biblioth., in-fol., p. 749), chef et minstre des joueurs de moralitez et farces. Sans répéter tous les contes débités à son sujet, et auxquels La Monnoye a été l’un des premiers