Page:Vanloo, Leterrier et Tréfeu, Le Voyage dans la Lune, 1877.djvu/46

Cette page a été validée par deux contributeurs.


des formes étranges et fausses.) La voilà, la terre… Je la connais à présent comme si j’y avais été. Eh bien, il suffit d’y jeter un coup d’œil pour se faire une conviction, qui est maintenant celle de tous les hommes de science : c’est que la terre est complètement inhabitable.


PREMIER SÉLÉNITE.

Pourquoi cela ?


COSMOS, haussant les épaules.

Pourquoi cela ? pour une raison bien simple, c’est qu’elle est totalement dénuée d’atmosphère. La science a décidé et je suis certain que tel est aussi l’avis de mon excellent conseiller intime et ami Cactus. (À Cactus.) Cactus, réponds franchement, est-ce ton avis ?


CACTUS.

C’est mon avis !


COSMOS.

Vous voyez je n’ai pas opéré de pression…

À ce moment on entend un sifflement épouvantable. Le ciel s’obscurcit.


TOUS, avec un cri.

Ah !


COSMOS.

Qu’est-ce que c’est que ça ?

Le bruit redouble, de nouveaux Sélénites accourent.


MORCEAU D’ENSEMBLE

CHŒUR.

Ah ! grand Dieu !
Sauve qui peut !
Que chacun et que chacune,
Sans perdre un moment,
S’enfuie à l’instant :
C’est la fin de la lune !
Sauve qui peut !


COSMOS, à la foule.

Quel est ce tintamarre ?
Pourquoi trembler ainsi ?


CACTUS, même jeu.

Ah ! pourquoi trembler ainsi ?


COSMOS, à part.

La peur de moi s’empare
Et j’en suis tout transi !