Page:Un été à la campagne, 1868.djvu/87

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LETTRE QUATORZIÈME.


Adèle à Albertine.
B…, 9 juin 18…

Madame est morte ! dis-tu, chère Albertine ? Je ne puis me faire à cette idée ; mourir si jeune encore, si pleine de vie ! etc., etc.

Ici nous croyons pouvoir inviter le lecteur à relire la Consolation de Malherbe à Du Perrier :

Et rose elle a vécu ce que vivent les roses.

Nous osons lui affirmer d’ailleurs que l’élo-