Page:Un été à la campagne, 1868.djvu/85

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LETTRE TREIZIÈME.


Albertine à Adèle.
Paris, 7 juin 18…

Au lieu de bonnes nouvelles que tu espérais, chère Adèle, je n’en ai qu’une bien déplorable à t’annoncer : madame est morte cette nuit, à trois heures… Malheureuse femme, etc., etc., etc.


Suit un long panégyrique qui n’est que la paraphrase du fameux : Madame se meurt. Madame est morte !

Nous n’avons pas cru devoir conserver à la postérité ce morceau d’éloquence de mademoiselle Albertine.