Page:Un été à la campagne, 1868.djvu/70

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LETTRE ONZIÈME.


Albertine à Adèle.
Paris, 1er juin 18…

Ta dernière lettre, chère Adèle, se termine par un mais qui m’a donné beaucoup à réfléchir ; ce mais-là, sais-tu, en dit plus qu’il n’est gros.

Est-ce que, par hasard, le cœur de mademoiselle aurait bégayé son premier mot ? Est-ce que M. Lucien, investi des pleins pouvoirs du dieu Cupidon, serait le fortuné mortel destiné à la conquête de cette rose

6