Page:Un été à la campagne, 1868.djvu/226

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LETTRE QUARANTIÈME.


Albertine à Adèle.
Paris, 8 octobre 18…

Tout comme toi, chère Adèle, me voilà en possession de mari, à moins, cependant, et je serais assez portée à le croire, que mon mari ne soit en puissance de femme.

Je n’ai pas voulu t’écrire aussitôt après mon mariage, et sous le coup de sensations qui m’ont, je te l’avouerai, paru peu agréables.

J’attendais, pour changer, le chapitre des compensations, ce fameux chapitre que tu

19