Page:Un été à la campagne, 1868.djvu/207

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LETTRE TRENTE-CINQUIÈME.


Albertine à Adèle.
Paris, 7 septembre 18…

Merci de ton cadeau, merci mille fois, ma chère Adèle. Mon étonnement, ma stupéfaction, je n’essaierai même pas de te les dépeindre ; tu me vois, d’ailleurs, j’en suis sûre, absolument comme si tu assistais à la scène ; tu suis tous mes mouvements : je reçois le paquet, je l’emporte dans ma chambre, je le débarrasse de ses enveloppes, je découvre une jolie boîte, je l’ouvre… et me