Page:Un été à la campagne, 1868.djvu/191

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LETTRE VINGT-NEUVIÈME.


Albertine à Adèle.
Paris, 7 août 18…

Oh ! la vilaine lettre qui plisse le front si pur de mon Adèle, et qui me prive, moi, par contre-coup, des détails intimes sur lesquels je comptais ; j’aurais tant voulu suivre, de seconde main, le cours de ton très-savant maître !

N’y pensons plus, au moins quant à présent, car, je l’espère, ceci n’est qu’une fausse alerte.

D’ailleurs, ton oncle n’est pas encore de