Page:Un été à la campagne, 1868.djvu/18

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LETTRE DEUXIÈME.


Albertine à Adèle.
Paris, 27 avril 18…

Tu vois, mon Adèle chérie, que je ne te fais pas attendre ma réponse ; je te suppose installée dans ton château, et je t’écris à B… comme tu me l’as recommandé. Tu penses à moi, dis-tu, chère petite ; ah ! je t’assure que tu es payée de retour ! Déjà deux mois de séparation, sans espérance de se rapprocher jamais ! Et moi qui aurais voulu passer ma vie avec toi !

Mon histoire est la tienne ; ces charmants