Page:Un été à la campagne, 1868.djvu/147

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LETTRE VINGT-TROISIÈME.


Albertine à Adèle.
B…, 10 juillet 18…

Tu avais raison, chère Albertine, ce n’était que partie remise. Ah ! quelle revanche j’ai prise de la bougie soufflée ! J’ai vu, cette fois, vu tout ce qui se peut voir : plus rien de caché pour moi, le voile est tombé, la lumière s’est faite !

Il me reste à photographier la scène qui s’est déroulée sous mes yeux, et me voilà grandement embarrassée, je t’assure.