Page:Un été à la campagne, 1868.djvu/14

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


UN ÉTÉ
À LA CAMPAGNE



LETTRE PREMIÈRE.


Adèle F… à Albertine B…, sous-maîtresse au pensionnat V…, à…, près Paris[1].

Paris, 23 avril 18…


Tu vas m’accuser, bonne petite amie, de négligence ou de paresse, et je t’assure que ce sera bien à tort ; si je n’ai pas répondu à ta dernière lettre, ce n’est vraiment pas ma faute : j’ai eu tant d’occupation !

  1. Inutile de dire que nous avons dû remplacer par de simples initiales les noms des personnes, qui toutes, ou presque toutes, vivent encore.
1.