Page:Twain - Un pari de milliardaires, et autres nouvelles.djvu/54

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


UNE PÉTITION À LA REINE D’ANGLETERRE