Page:Twain - Un pari de milliardaires, et autres nouvelles.djvu/143

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Bon ! il faut tous savoir gré d’avoir tout de même pensé à cela… Allons ! je ne veux pas me montrer trop dur envers vous, bien que vous reconnaissiez, n’est-ce pas, que vous nous valez là bien des ennuis qui pouvaient s’éviter. Combien avez-vous touché ?

— Dame ! j’ai idée que…

— Que quoi ?

— Que, — dame ! je crois bien que dans ces circonstances, — que beaucoup d’entre nous, vous savez… enfin…

— Qu’est-ce que vous avez à bafouiller ?… Ah ! regardez-moi en face, n’est-ce pas ?… Enfin, vous n’avez pas touché d’argent ?

— Dame ! le banquier a dit…

— Je me moque de ce qu’a dit le banquier. Vous devez avoir une raison quelconque, une raison à vous, ou quelque chose qui y ressemble pour…

— Eh bien ! c’est tout bonnement parce que je n’avais pas ma lettre de crédit.

— Vous n’aviez pas votre lettre de crédit ?

— Je n’avais pas ma lettre de crédit.

— Ne répétez pas tout ce que je dis. — Où était-elle, celle lettre ?

— À la poste.

— Qu’est-ce qu’elle y faisait ?