Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - Qu’est-ce que l’art ?.djvu/131

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À même les échos esclaves,
Par une trompe sans vertu,

Quel sépulcral naufrage (tu
Le sais, écume, mais y baves),
Suprême une entre les épaves,
Abolit le mât dévêtu ;

Ou cela que furibond faute
De quelque perdition haute
Tout l’abîme vain éployé

Dans le si blanc cheveu qui traîne
Avarement aura noyé
Le flanc enfant d’une sirène.

Et voici une chanson de Maeterlinck, un autre écrivain célèbre d’aujourd’hui :

« Quand il est sorti
(J’entendis la porte)
Quand il est sorti
Elle avait souri…

« Mais quand il entra
(J’entendis la lampe)
Mais quand il entra
Un autre était là…

« Et j’ai vu la mort
(J’entendis son âme)
Et j’ai vu la mort
Qui l’attend encore…

« On est venu dire
(Mon enfant, j’ai peur)