Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - Qu’est-ce que l’art ?.djvu/108

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE VIII

LES CONSÉQUENCES DE LA PERVERSION DE l’ART :
L’APPAUVRISSEMENT DE LA MATIÈRE ARTISTIQUE


Le manque de foi des classes supérieures a produit ce résultat : qu’au lieu d’un art tendant à transmettre les plus hauts sentiments de l’humanité, c’est-à-dire ceux qui découlent d’une conception religieuse de la vie, nous avons eu un art ne tendant qu’à procurer la plus grande somme de plaisir à une certaine classe de la société. Et de tout l’immense domaine de l’art, seule cette partie a été cultivée qui procure du plaisir à cette classe privilégiée.

Et pour ne rien dire des effets moraux qu’a eus sur la société européenne une telle perversion de la notion de l’art, cette perversion a encore affaibli l’art lui-même, et l’a, pour ainsi dire, détruit. Elle a eu pour premier résultat que l’art, en faisant du plaisir son seul objet, s’est privé de la source