Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - La Puissance des tenebres.djvu/231

Cette page n’a pas encore été corrigée


MATRENA

I1 te faut quarid m?me venir. Les gens glosent d?ja assez; et voili que le p?re se sauve, et ne revient pas b?nir... On va tout de suite baiser i?nes. Si tu as peur, on ? dou?ra cer?inement de quelque chose. Marche raide, et on ne te prendra pas au ?11et. Si tu fuis ]e 1oup, tu tomberas sur un ours. Le tout, c’est de ne passe trahir. N’aie pas peur, mon petit, ou l’on apprendra tout.

NIKITA

Ah ? cornroe vous m’avez entortill6 !

MATR?A

Allons, ?sez. Viens donc b?nir dans les r?glos et ce sera fini.

NIKITA (toajou? ttenda sat le ventre).

Je ne le peux pas.

MATRENA

Qu’est?e qui lui prend? Tout aliait bicn, tr? bien, et voila que ?ut a coup 9a 1’ a pSs. II est peut- ?tre ensorce!?.

?ikitk?, l?ve-toi. ?e?rde, ?oiei ?u’I?issb probe aussi, elle a biss? ses invités.