Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - La Puissance des tenebres.djvu/163

Cette page n’a pas encore été corrigée


AC?E IV t55 une pare'ille fille, on eu chercherait en vain dans -lout le gouvernement, une pareille fille. IVAN Je sais bien... Mais voil/t, l'argent... pourvu qu'on ne nous trompo pasl ?L?kTRENA L'argent? Pas besoin d'en parler: tout ce que ses parents lui ont !aiss?, elle l'emporte avec elle. Par 1o teraps qui court, ce n'est pas une bagatelle que cent cinquante roubles. Aussi, je n'ai pas peur. Mais �'est notre enfant, apres tout, et je tfiche de faire pour le raieux. MA?RENA Moi, p?re, je te dis !a v4rit?. Sans raoi, tu n'aurais, de route ta vie, jaraais rien trouv? de tel. Les Kor- miline Font aussi fait deraander, raais j'ai eml?ch$ l'af?aire d'aboutir... Quant/? l'argent, je t'ai dit la v?rit& Coraarae le d?funt (que le royaurae des �ieux lui soit ourerr I) se raourait, il recoramanda que la veuve prit Nikita ?t la mai?n --je sais tout par mon ills; -- quant/t l'argent, pour ainsi dire.../? Akou- !ina. Tout autre,/t sa place, se serait appropri4 cet argent; raais Nikita lui donne tout, jusqu'au dernier kopek. Co n'est pas une bagatelle, une pareille