Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/89

Cette page a été validée par deux contributeurs.


hôte se contenta de hausser les épaules, et, avec cette amabilité particulière aux Français, il ajouta qu’il nous remerciait beaucoup de notre cordial accueil, seulement qu’il regrettait de voir que ses idées n’eussent pas été aussi bien reçues que sa personne.