Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/75

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tour de main, dans les colonnes des journaux paraîtront les ordinaires proclamations, si funestes et si stupides :

« Par la grâce de Dieu, Nous, autocrate de toute la Russie, tsar de Pologne, grand duc de Finlande, etc. etc., faisons savoir à tous Nos fidèles sujets que, pour le bien de ces chers sujets que Dieu Nous a confiés, Nous avons jugé qu’il était de Notre devoir devant Dieu de les envoyer tuer et mourir. Dieu est avec Nous… etc… »

On sonnera les cloches, et des hommes aux longs cheveux[1] se vêtiront de sacs brodés d’or et se mettront à prier pour le meurtre. Et alors recommencera la vieille histoire connue dès longtemps. Des gens

  1. Les popes.