Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/71

Cette page a été validée par deux contributeurs.


divisera-t-on l’Europe pour rétablir l’équilibre ? S’il en était ainsi, un homme fort constituerait un danger dans la société qu’il fréquente, et les autres seraient obligés de s’unir contre lui pour lui résister.

— « Qu’y a-t-il de mal, dites-vous, à ce que la Russie et la France expriment leur mutuelle affection ? » Il y a ceci de mal : cette affection est mensonge ; or, un mensonge ne se dit jamais pour rien.

Le diable est le tueur des hommes et le père du mensonge. Le mensonge a toujours pour effet quelque mort d’homme. Dans le cas présent, cela est plus clair que jamais.

On vit, absolument comme aujourd’hui, l’amour des Russes pour je ne sais quels frères Slaves s’enflammer subitement à la veille de la guerre turco-russe. Ces frères