Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/68

Cette page a été validée par deux contributeurs.


s’entr’aidera pour lutter contre un voisin qui menace la paix de l’Europe ? »

Le mal, le voici : tout cela n’est que mensonge ; c’est un mensonge éhonté que rien ne justifie, un mensonge mauvais. Un mensonge, c’est de feindre que les Russes ont tout à coup éprouvé une vive affection pour les Français et les Français pour les Russes. Un mensonge de notre part, c’est de déclarer qu’on éprouve de la haine pour les Allemands et de la défiance à leur égard. Un gros mensonge, encore, c’est de prétendre que le but de ces orgies malséantes et stupides est de faire respecter la paix de l’Europe.

Nous savons bien tous que nous n’éprouvons maintenant et que nous n’avons éprouvé jadis aucune affection particulière