Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/46

Cette page a été validée par deux contributeurs.


sites, à revêtir de beaux habits et à préférer les mets recherchés ; par des discours insensés et fumeux, par des chants et de la musique, par la prééminence accordée aux femmes, et enfin, dans bien des cas, par la phase clownesque des attitudes passionnelles notée par le professeur Sikorski dans son étude ; j’entends, en effet, par là ces diverses poses affectées que prirent tant de gens, durant les réceptions triomphales et les toasts prononcés à la fin des dîners.

La ressemblance est parfaite, sauf en un point ; or, ce point d’écart a une importance énorme. Ici, en effet, il s’agit d’un cas de folie atteignant quelques dizaines de paisibles villageois qui, vivant de leur travail, ne pouvaient exercer sur leurs voisins aucune contrainte, et ne leur trans-