Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/36

Cette page a été validée par deux contributeurs.


casion de ces fêtes, sans parler des beuveries immodérées qu’encourageaient les


    rique qu’elle a joué jusqu’ici. Le pays qui jadis a invité le monde entier à briser les chaînes du despotisme et qui a offert un secours fraternel à tous les peuples, soulevés pour leur indépendance, — ce pays, maintenant, encense le Gouvernement russe qui paralyse systématiquement le développement normal et organique de la vie du peuple russe, et qui, sans pitié, étouffe tous les efforts que fait la société russe vers la lumière et la liberté. La manifestation de Toulon est un des actes du drame provoqué entre la France et l’Allemagne par l’antagonisme de Napoléon III et de Bismarck. Cet antagonisme force l’Europe entière à vivre sous les armes et fait que l’arbitre des destinées du monde est cet absolutisme qui a toujours été le ferme soutien de l’arbitraire contre la liberté, des exploiteurs contre les exploités. Un sentiment douloureux, vis-à-vis de notre pays, une profonde pitié pour l’aveuglement d’une grande partie de la société française, voilà ce que provoque en nous cette série de fêtes.

    « Nous sommes intimement convaincus que la jeune génération française ne se laisse pas entraîner par le chauvinisme national, et qu’elle est prête à lutter pour ce courant social qui entraîne l’humanité ; nous espé-