Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/34

Cette page a été validée par deux contributeurs.


més par des généraux, des télégraphistes et des marchands épiciers. Tous eurent quelqu’un à remercier et à féliciter.

Le transport fut si grand que les actions les plus étranges furent faites sans qu’on en remarquât l’étrangeté ; tout au contraire, on les encouragea, on porta aux nues leurs auteurs, et chacun, craignant de rester en arrière, s’empressa de les imiter. Si quelques protestations se faisaient jour contre ces folies, on les cachait, ou bien on les étouffait[1].

  1. Je sais par exemple une protestation que des étudiants envoyèrent à Paris, mais que pas un journal ne voulut imprimer. La voici :
    lettre ouverte aux étudiants français

    « Il y a peu de temps, un petit comité d’étudiants en droit de Moscou, leurs inspecteurs en tête, eut l’audace