Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/188

Cette page a été validée par deux contributeurs.


qu’il croit être en contradiction avec la prétendue opinion publique ! Voilà la force qui transformera le monde, la force dont l’avènement est le but de l’humanité. Si les hommes pouvaient comprendre que la vérité n’est pas ce qu’on dit autour d’eux, mais ce que leur dit leur conscience, c’est-à-dire Dieu, sur-le-champ l’opinion publique actuelle, artificielle et mensongère, disparaîtrait pour faire place à la vérité.

Si seulement les hommes disaient ce qu’ils pensent, et non ce qu’ils ne pensent point, aussitôt s’évanouiraient les idées superstitieuses qui découlent du patriotisme, et tous les mauvais sentiments, et toutes les violences qui sont fondées sur lui. Aussitôt s’évanouirait la haine de pays à pays, et de peuple à peuple, cette haine