Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/183

Cette page a été validée par deux contributeurs.


perdre la situation avantageuse grâce à laquelle il nourrit sa famille ; un troisième, parce qu’il aspire à la gloire et à la puissance pour les faire servir ensuite au bien public ; un quatrième, parce qu’il ne veut pas contredire de vieilles traditions religieuses ; un cinquième, parce qu’il ne veut blesser personne.

L’un est empereur, roi, ministre, fonctionnaire, soldat, et affirme aux autres comme à lui-même que la légère entorse que, dans sa position, il est forcé de donner à la vérité, est compensée par l’avantage qu’il en tire. L’autre est un pasteur des âmes ; au fond du cœur, il ne croit pas à ce qu’il enseigne, mais il se permet de s’écarter de la vérité à cause de l’avantage qu’il en tire. Un troisième enseigne la lit-