Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/142

Cette page a été validée par deux contributeurs.


arbitrages, tant que les peuples obéiront encore aux Gouvernements, car cette sottise les perdra toujours.

Or, on ne cessera d’obéir aux Gouvernements tant qu’existera le patriotisme, parce que le pouvoir est fondé sur ce patriotisme même ou, en d’autres termes, sur ce fait que les hommes sont prêts à obéir aux Gouvernements pour défendre leur pays, c’est-à-dire leur Gouvernement, contre les dangers que lui font courir des ennemis imaginaires.

C’est un patriotisme de ce genre qui a servi de base au pouvoir que les rois de France ont exercé sur leur peuple jusqu’à la Révolution ; c’est un patriotisme de ce genre qui a servi de base au pouvoir exercé par le Comité de Salut public après