Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/141

Cette page a été validée par deux contributeurs.


accomplir toutes les actions (y compris le meurtre), que leur prescrira le Gouvernement, c’est-à-dire certaines personnes que le hasard a placées dans cette situation. Des gens qui peuvent s’engager ainsi à obéir sans murmurer aux ordres qui leur viendront d’hommes qu’ils ne connaissent pas et qui vivent a Pétersbourg, à Vienne, à Berlin, à Paris, de telles gens ne peuvent être de sens rassis ; et les Gouvernements, c’est-à-dire des hommes qui disposent d’une telle puissance, peuvent encore moins être de sens rassis ; il leur est impossible de ne pas abuser de ce pouvoir follement énorme, qui doit nécessairement leur tourner la tête. Par conséquent, la paix universelle ne saurait être amenée par des moyens sages, par des conventions et des