Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/138

Cette page a été validée par deux contributeurs.


qui n’ait été provoquée par les Gouvernements seuls, tout à fait en dehors des intérêts du peuple à qui la guerre, même en cas de succès, porte grand préjudice.

Les Gouvernements assurent les peuples qu’ils sont menacés par leurs voisins et leurs ennemis intérieurs, et que le seul moyen de salut est l’obéissance servile. On le voit bien en temps de révolution et de dictature ; il en est de même partout et toujours. Tout Gouvernement explique son existence et justifie ses coups de force en disant que, sans lui, tout irait plus mal. En faisant croire aux peuples qu’ils courent des dangers, il les soumettent ; alors, ils les lancent sur les peuples voisins, et c’est ainsi qu’ils confirment ce qu’ils ont dit des attaques