Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/136

Cette page a été validée par deux contributeurs.


de rois et d’empereurs, la guerre éclate et le Gouvernement de la France trouve bon de transformer en Français un certain nombre de ces habitants. Des siècles passent : ces hommes s’accoutument à leur nouvelle condition. Puis, de nouveau, les Gouvernements des deux grands pays se querellent, et la guerre éclate sous un prétexte futile ; alors les Allemands jugent bon de s’incorporer de nouveau ces populations ravies jadis. — Voilà entre tous les Français et tous les Allemands la haine allumée. — Voici encore : les Allemands et les Russes vivaient en paix sur leur frontière ; ils échangeaient en paix leur travail et le fruit de leurs peines ; tout à coup, ces autorités mêmes qui sont instituées pour pacifier les peuples, viennent