Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/133

Cette page a été validée par deux contributeurs.


De nos jours, le patriotisme est un cruel vestige d’un temps que nous avons achevé de vivre ; s’il se conserve, c’est par la force d’inertie ; c’est aussi parce que les Gouvernements et les classes dirigeantes, sentant que leur force et même leur existence y sont liées, s’efforcent de l’entretenir par ruse et par force dans l’esprit du peuple. Le patriotisme contemporain ressemble aux charpentes qui ont servi à construire un édifice ; maintenant, elles gênent pour y pénétrer ; mais on ne les enlève point, parce qu’elles sont utiles à quelques personnes.

Entre les peuples chrétiens, il y a longtemps qu’il n’y a plus et qu’il ne peut plus y avoir de motifs de discorde. On ne peut même se représenter comment et pour-