Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/126

Cette page a été validée par deux contributeurs.


lui fût alors accessible, celui de la patrie. Mais comment le patriotisme pourrait-il être une vertu pour notre époque, alors qu’il réclame précisément le contraire de ce que notre religion et notre morale nous commandent, alors qu’au lieu de nous faire regarder les hommes comme tous esclaves et tous frères, il nous fait considérer un État et une nation comme supérieurs à tous les autres ? C’est peu de dire que ce sentiment n’est plus de nos jours une vertu, mais un vice : à proprement parler, le vrai patriotisme n’est même plus possible de nos jours, parce qu’il n’a ni fondements matériels, ni fondements moraux.

Le patriotisme pouvait avoir un sens dans le monde ancien où chaque peuple, plus ou moins homogène, professait la