Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/125

Cette page a été validée par deux contributeurs.


utile aux Gouvernements, ainsi qu’à l’intégrité des États ; seulement, il est bien clair que ce sentiment n’est pas sublime, mais au contraire stupide et immoral. Il est stupide parce que, si chaque État se considère comme supérieur aux États voisins, aucun d’eux ne se conformera à la vérité ; — il est immoral parce qu’il pousse inévitablement chacun de ceux qui l’éprouvent à tâcher d’acquérir pour son Gouvernement et ses concitoyens toutes sortes d’avantages au détriment des États voisins ; or, cette tendance est directement contraire à la loi morale qui dit : ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fît.

Le patriotisme a pu être une vertu dans le monde ancien, où il exigeait de l’homme un dévouement à l’idéal le plus élevé qui