Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/116

Cette page a été validée par deux contributeurs.


peine infinie qu’on se donne pour provoquer artificiellement chez lui une excitation et, aussi, que les maigres résultats obtenus en ce sens par les Gouvernements et les classes dirigeantes, en dépit de tous leurs efforts.

Si les sentiments patriotiques étaient si profondément enracinés au cœur des différents peuples, on les laisserait s’exprimer librement, sans chercher à en provoquer l’explosion par des moyens artificiels. Que n’essaye-t-on, en Russie, de cesser quelque temps, ne fût-ce qu’une année, de faire prêter serment au peuple chaque fois qu’un empereur monte sur le trône, de prononcer ces prières pour le tsar qu’on a coutume de faire solennellement à la fin du service divin, de célébrer le jour de la