Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - Anna Karénine, 1910, tome 2.djvu/397

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


devoirs impérieux ; ainsi il faudra que j’aille à Moscou pour affaires… mais, Anna, pourquoi t’irriter ainsi quand tu sais que je ne puis vivre sans toi ?

— Si c’est ainsi, dit Anna changeant subitement de ton, si tu arrives un jour pour repartir le lendemain, si tu es fatigué de cette vie…

— Anna, ne sois pas cruelle ; tu sais que je suis prêt à te sacrifier tout. »

Elle continua sans l’écouter :

« Quand tu iras à Moscou, je t’accompagnerai : je ne reste pas seule ici. Vivons ensemble ou séparons-nous.

— Je ne demande qu’à vivre avec toi, mais pour cela il faut…

— Le divorce ? J’écrirai. Je reconnais que je ne puis continuer à vivre ainsi ; je te suivrai à Moscou.

— Tu dis cela d’un air de menace, mais c’est tout ce que je souhaite », dit Wronsky en souriant.

Le regard du comte en prononçant ces paroles affectueuses, restait glacial comme celui d’un homme exaspéré par la persécution :

« Quel malheur ! » disait ce regard, et elle le comprit. Jamais l’impression qu’elle ressentit en ce moment ne s’effaça de son esprit.

Anna écrivit à Karénine pour lui demander le divorce, et vers la fin de novembre, après s’être séparée de la princesse Barbe, que ses affaires rappelaient à Pétersbourg, elle vint s’installer à Moscou avec Wronsky.