Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - Anna Karénine, 1910, tome 2.djvu/367

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le comte voudrait légitimer sa fille, être ton mari, avoir des droits sur toi.

— Quelle femme peut appartenir à son mari plus complètement que je ne lui appartiens ? Je suis son esclave !

— Mais il ne voudrait pas te voir souffrir.

— Est-ce possible ! et puis !…

— Et puis légitimer ses enfants, leur donner son nom.

— Quels enfants ? — et Anna ferma à demi les yeux.

— Mais Anny et ceux que tu pourras avoir encore…

— Oh ! il peut être tranquille, je n’en aurai plus.

— Comment peux-tu répondre de cela ?

— Parce que je ne veux plus en avoir — et, malgré son émotion, Anna sourit de l’expression d’étonnement, de naïve curiosité et d’horreur qui se peignit sur le visage de Dolly. — Après ma maladie, le docteur m’a dit…

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

— C’est impossible ! » s’écria Dolly ouvrant de grands yeux et contemplant Anna avec stupéfaction. Ce qu’elle venait d’apprendre confondait toutes ses idées, et les déductions qu’elle en tira furent telles, que bien des points mystérieux pour elle jusqu’ici lui parurent s’éclaircir subitement. N’avait-elle pas rêvé quelque chose d’analogue pendant son voyage ?… et maintenant cette réponse trop simple à une question compliquée l’épouvantait !