Page:Tolstoï - Anna Karénine, 1910, tome 1.djvu/416

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Kitty rentra en Russie guérie ; peut-être n’était-elle pas aussi gaie et insouciante qu’autrefois, mais le calme était revenu. Les douleurs du passé n’étaient plus qu’un souvenir.