Page:Tolstoï - Œuvres complètes vol27.djvu/131

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras point adultère.

Mais moi je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter, il a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur.

Que si ton œil droit te fait tomber dans le péché, arrache-le et jette-le loin de toi ; car il vaut mieux pour toi qu’un de tes membres périsse que si tout ton corps était jeté dans la gehenne.

Et si ta main droite te fait tomber dans le péché, coupe-la et jette-la loin de toi ; car il vaut mieux pour toi qu’un de tes membres périsse que si tout ton corps était jeté dans la gehenne.

Il a été dit aussi : Si quelqu’un répudie sa femme, qu’il lui donne la lettre de divorce.

Mais moi je vous dis que quiconque répudiera sa femme, si ce n’est pour cause d’adultère, il l’expose à devenir adultère ; et que quiconque se mariera à la femme qui aura été répudiée, commet un adultère. (Matth., v, 27-32.)

Il ne faut pas jurer :

Vous avez encore entendu qu’il a été dit aux anciens : Tu ne te parjureras point, mais tu t’acquitteras envers le Seigneur de ce que tu auras promis avec serment.

Mais moi je vous dis : Ne jurez point du tout : ni par le ciel car c’est la terre de Dieu ;

Ni par la terre car c’est son marchepied ; ni par Jérusalem, car c’est la ville du grand Roi.

Ne jure pas non plus par ta tête ; car tu ne peux faire devenir un seul cheveu blanc ou noir.

Mais que votre parole soit : Oui, oui ; non, non ; ce qu’on dit de plus vient du malin. (Matth., v, 33-37.)

Il ne faut pas résister au mal, mais il faut donner ce que l’on veut te prendre :

Vous avez entendu qu’il a été dit : Œil pour œil, et dent pour dent.