Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/461

Cette page a été validée par deux contributeurs.


L’archevêque se leva, alla trouver le pilote et lui dit :

— Qu’est-ce que c’est, mon frère ? Qu’est-ce donc ?

Mais lui-même voit déjà distinctement que ce sont les vieillards qui courent sur la mer ; leurs barbes blanches brillent, et ils s’approchent du navire.

Le pilote, qui s’était retourné, lâche la barre épouvanté et s’écrie :

— Seigneur ! Les vieillards nous poursuivent sur la mer ! Ils courent comme sur la terre !

À ces cris les passagers se levèrent et se précipitèrent à l’arrière. Et tous purent voir les vieillards courir en se tenant par la main, et ceux des côtés faire signe d’arrêter. Tous les trois courent sur l’eau comme sur la terre, sans remuer les jambes.

Avant qu’on eût eu le temps d’arrêter le navire, les vieillards l’avaient rejoint. Ils levèrent la tête et dirent tous ensemble :

— Serviteur de Dieu, nous avons oublié ce que tu nous as enseigné. Tant que nous l’avons répété, nous nous le sommes rappelé, mais une heure après avoir cessé de le répéter, un mot nous a manqué et nous avons tout oublié. Nous ne nous rappelons plus rien. Enseigne-nous de nouveau.

L’archevêque se signa, se pencha vers les vieillards et dit :

— Vieillards du Seigneur, votre prière montera