Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/451

Cette page a été validée par deux contributeurs.



LES TROIS VIEILLARDS
(1884)


« Or, quand vous priez, n’usez pas de vaines redites, comme les païens ; car ils croient qu’ils seront exaucés en parlant beaucoup.

« Ne leur ressemblez donc pas ; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez. »

Matthieu, vi, 7, 8.

L’archevêque de la ville d’Arkangelsk naviguait vers le monastère de Solovki. Sur le même navire se trouvaient des pèlerins qui s’en allaient voir les Saintes Reliques. Le vent était favorable, le temps splendide ; il n’y avait pas de roulis.

Certains des pèlerins étaient couchés ; d’autres mangeaient ; d’autres, assis par petits groupes, causaient entre eux. L’archevêque vint aussi sur le pont se promener de long en large. À l’avant, il se forma un petit groupe de fidèles, parmi lesquels