Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/45

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



V

« Mais peut-être n’ai-je pas vu ou n’ai-je pas compris quelque chose ? » me disais-je souvent. « Il n’est pas possible que cet état de désespoir soit propre aux hommes. » Et je cherchais une explication à mes questions dans toutes les connaissances acquises par l’homme.

J’ai cherché péniblement, longtemps, énergiquement, non par une vaine curiosité ; j’ai cherché douloureusement, opiniâtrement, jour et nuit. Je cherchais comme l’homme qui prie cherche son salut : et je ne trouvais rien.

Je cherchais dans toutes les sciences et non seulement je ne trouvais rien, mais j’acquérais la conviction que tous ceux qui, comme moi, avaient cherché dans la science, n’y avaient non plus trouvé rien. Et non seulement ils n’y avaient trouvé rien,