Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/403

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VII

Pahkom s’allonge sur le lit de plume mais ne peut s’endormir. Il ne pense qu’à sa terre. « Quelle besogne j’ai faite ici ! se dit-il. Je vais me tailler une grande Palestine… Dans une journée je ferai bien une cinquantaine de verstes ; en cette saison la journée est longue comme une année. Cinquante verstes ! Combien de terre cela fera-t-il ! Je me procurerai des bœufs pour deux charrues, je louerai des domestiques, je cultiverai la partie qui me plaira, et sur le reste je laisserai paître le bétail. »

Pahkom ne put s’endormir de la nuit. Un peu avant l’aube, seulement, il s’assoupit, et aussitôt il fait un rêve : il est couché sous la même tente, et il entend, au dehors, quelqu’un qui pouffe de rire. Il veut savoir qui rit ainsi. Il se lève, sort de la tente, et voit le chef des Baschkirs assis devant la tente, qui se tient le ventre à deux mains, et rit à gorge